Big Little Lies·Séries TV

{ Petits secrets, grands mensonges }

Récemment, j’ai littéralement dévoré une série que je ne pensais pas apprécier plus que ça. Il s’agit de Big Little Lies, dont mon intérêt premier était pour le casting (comme bien souvent) : on y retrouve pas moins que Nicole Kidman (dont je n’ai pas pu m’empêcher de faire une fixette sur les lèvres refaites as fuck), Reese Witherspoon, Shaileen Woodley (héroïne de la saga Divergente) ou encore Zoe Kravitz et Laura Dern (rendue célèbre par son rôle du Dr Ellie Sattler dans Jurassic Park). Pour ne citer qu’elles, étant donné que la force de la série réside principalement dans son casting féminin (ce qui ne rend pas le casting masculin moins qualitatif, bien évidemment).
Quoi qu’il en soit, ce dernier était un tableau d’une grande beauté ! Et puis, ça m’a également permis de voir le petit acteur phare de la série Young Sheldon, Iain Armitage, dans un rôle différent de celui de son personnage éponyme (le p’tit bouchoooon * sourire niais *).

Nous suivons un groupe de femmes, des copines à la façon de Desperate Housewives : elles vivent dans la même ville, leurs gamins vont dans la même classe, de temps en temps elles se boivent un café ou un verre et papotent longuement ensemble des petits soucis des unes et des autres. Et leur quotidien est ponctué d’événements qui pourraient passer pour banals.
Et la comparaison avec Desperate Housewives s’arrête là ! Vous ne verrez pas de situation loufoque accompagnée d’une musique de dessin animé. Vous n’allez pas rire des mésaventures de ces jeunes femmes, car dans Big Little Lies, on se prend bien plus au sérieux.


L’histoire démarre lorsque l’une d’elles, Jane, emménage seule avec son fils, afin de lui apporter un nouvel environnement. Rapidement, on comprend que Jane se traîne un passé assez compliqué, qu’elle tente à sa manière d’affronter afin de le laisser derrière elle. Tout aussi rapidement, Madeline, une autre maman, la prend sous son aile et la présente à sa meilleure amie, Celeste.

Et, dès le premier jour d’école, le jeune Ziggy est accusé d’agression sur une de ses nouvelles camarades, qui prétend qu’il a essayé de l’étrangler. Remue-ménage dans cette petite ville et parmi ces petites familles en apparence tranquilles… Et pourtant, on se rend compte qu’à l’instar de Jane, chacune de ces familles a son lot de problèmes et que cette histoire d’agression, si elle va amener quelques situations désagréables, n’est que la partie émergée de l’iceberg.

D’autant plus qu’une des particularités de Big Little Lies, c’est que ça n’est pas une série linéaire. Les épisodes sont ponctués de petites scènes qui se passent dans le futur, ou plutôt ce sont ces petites scènes qui racontent une histoire qui s’est passée, et qui évoquent un événement, et pas n’importe lequel : un meurtre ! On ne connait pas la victime, on ne connait pas l’assassin, on ne connait pas les circonstances. Nous assistons à divers interrogatoires qui semblent mettre nos héroïnes au cœur du scandale, mais sans qu’on ne connaisse le fin mot de l’histoire… avant le dernier épisode de la première saison.


Et tout au long de cette saison, nous croisons des personnes qui pourraient faire des victimes parfaites, et tout autant de personnes qui pourraient être le coupable désigné. Et on se questionne : laquelle de ces personnes va finir six pieds sous terre ?
D’ailleurs, l’une d’elles, un homme, m’a dégoûtée d’emblée à un point que je n’avais qu’une envie : que ce soit lui qui crève ! Je crois que j’ai rarement autant détesté un personnage de fiction, mais lui… Il m’écœurait littéralement.

Et je me suis vraiment attachée à ce groupe de femmes, à leur vie, à leurs problèmes, au lien de plus en plus fort qui les unissait. J’ai trouvé certaines storylines vraiment fortes, et j’ai enchaîné les épisodes pour en savoir toujours plus, et en apprendre plus sur elles. Sur leur passé pour certaines, leur avenir pour d’autres.

 
 

Par ailleurs, si j’hésitais à regarder la saison 2 avant de rédiger cet article, j’ai fini par la bingewatcher en une journée tant elle était prenante : cette saison, diffusée deux ans après la première, se passe chronologiquement l’année suivante. Elle nous amène dans l’après-meurtre et nous présente comment chacun et chacune compose avec. Un nouveau personnage fait son apparition, incarné par l’illustre Meryl Streep, complétant un tableau déjà tellement alléchant.
Quelque part, j’ai trouvé cette saison plus sombre, car beaucoup ont été touchés par l’événement final de la première, et ne s’en sont pas sortis indemnes.

Pendant que certains personnages doivent vivre avec leur culpabilité (liée au meurtre ou non), un autre tente enfin de se reconstruire, et un autre doit entamer un combat contre les conséquences directes et inattendues de la disparition d’un de ses proches. Pour ne citer que ces personnes, car tout le monde a littéralement son combat à mener, dans cette série !

J’ai vraiment aimé BLL parce que si elle condense un certain nombre de problèmes en un petit groupe de personnes, ce sont cependant des choses qui peuvent me toucher, vous toucher, toucher n’importe qui : le viol, la violence conjugale, l’infidélité, les familles recomposées, les enfants et l’impact qu’une vie de famille compliquée peut avoir sur eux, la reconstruction… Ces choses dont on dit « ça n’arrive qu’aux autres »… ou pas. Le tout sur fond d’une amitié et d’une entraide sans borne dans un groupe de femmes unies. Bref, j’ai vraiment été touchée par cette série et ses personnages à la fois hauts en couleur et si réalistes. Et si vous aimez ce genre d’histoires, regardez Big Little Lies !

La série (ou du moins, a priori, sa première saison) étant tirée du livre Petits secrets, grands mensonges de Liane Moriarty, je me ferai un grand plaisir de me replonger dans ces aventures dans un futur plus ou moins proche.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s