Lecture·Les Royaumes du Nord

{ Un verre de tokay ? }

Récemment, et suite à une demande plutôt insistante d’une amie, je me suis lancée dans la trilogie À la croisée des Mondes, adaptée une première fois en film en 2007 (du moins en ce qui concerne le premier volume), puis plus récemment en série télévisée. Je me rappelle avoir regardé le film il y a plusieurs années mais, malheureusement, ce dernier ne m’avait pas particulièrement marquée, en dehors d’une scène bien spécifique : pour ceux qui connaissent la saga, on y voit une cage scindée en deux, et une héroïne en bien mauvaise posture. Cette scène-là, ouais, elle m’avait bien marquée.
Bref, comme d’habitude, je vais vous en parler, mais sans trop en dire car je pense qu’il est important de découvrir certaines choses par soi-même.

J’ai donc lu le premier volume (bon, le deuxième également, mais je n’évoquerai ici que le premier), et ce dernier met en scène une orpheline prénommée Lyra. Lyra vit dans un monde pas si éloigné du nôtre, étant donné qu’elle réside dans un collège au beau milieu de la ville d’Oxford, en Angleterre. Son monde diffère du nôtre dans le sens où elle est constamment accompagnée d’une créature polymorphe prénommée Pantalaimon. En effet, tous les êtres humains, dans ce monde, possèdent un dæmon : un être de forme animale, changeante pour les enfants, fixe pour les adultes, qui est une partie d’eux-mêmes. Ils sont grosso modo la manifestation physique de leur âme, et l’un ne peut vivre sans l’autre. Ou, du moins, pas pleinement…. C’est ce que le livre va nous révéler, mais chut !

Lorsque le premier volume, Les Royaumes du Nord, débute, des enfants sont enlevés un peu partout par un groupe de personnes qu’on appelle les Enfourneurs. On ne connait pas leurs desseins, mais ils ne s’en prennent qu’aux jeunes, et Roger, le meilleur ami de Lyra avec qui elle traîne tout le temps, est enlevé à son tour. Parallèlement, la fillette apprend l’existence de la Poussière, particule très mystérieuse, qui semble avoir des propriétés qui, à la fois, émerveillent et effraient, et semble être en lien avec la série d’enlèvements.

Lyra a alors deux buts : sauver son ami Roger, et en apprendre plus sur cette fameuse Poussière. Mais c’est sans compter sur l’apparition d’une femme très élégante et intelligente qui s’intéresse beaucoup à la jeune fille et décide de la prendre sous son aile, ce que Lyra accueille avec joie dans un premier temps tant elle est charmée par sa personnalité. Mais ça, c’est avant de découvrir son vrai visage et de lui fausser compagnie.

Commence alors un long périple pour Lyra, qui fera bon nombre de rencontres en tous genres. Tout d’abord, un groupe de gitans à la recherche de sa propre progéniture qui l’aidera durant sa quête et lui apprendra la vérité sur sa famille, dont elle ne connait au début que son oncle Asriel. Mais Lyra croisera également la route de créatures que l’on ne trouve pas dans notre monde, telles que des sorcières et un panserbjorn : un ours en armure, un guerrier qui sera un puissant allié pour la fillette.
Lyra pourra également compter sur un objet qui lui sera confié peu avant son départ d’Oxford, un aléthiomètre (à vos souhaits) : un objet ressemblant fortement à une boussole, mais dont la fonction est d’apporter la vérité à celui qui le manipule. Encore faut-il savoir s’en servir, chose qui ne semble pas poser plus de souci que ça à la jeune Lyra.

Les Royaumes du Nord nous fait voyager, partant du cœur de l’Angleterre vers des glaciers au fin fond de la Norvège au cours de nombreuses aventures durant lesquelles Lyra va évoluer, en savoir toujours plus sur le monde qui l’entoure et sur elle-même, et en ressortir grandie. Elle va découvrir avec horreur les noirs desseins des Enfourneurs et le destin terrible des enfants kidnappés.

Franchement, c’est un livre que j’ai beaucoup aimé ! Déjà, j’apprécie toujours quand on nous propose une héroïne à fort caractère. N’y voyez pas là des propos féministes, mais en comparaison de la mièvre Bella dans Twilight qui bavouille en admirant la plastique parfaite de son vampire, lire les aventures d’une gamine qui n’a pas froid aux yeux, ça fait du bien.
Lyra a douze ans, et une des premières choses qu’elle fait dans le livre, c’est sauver la vie de son oncle et épier pour son compte sans ciller. Lorsqu’elle se retrouve dans des situations problématiques, voire dangereuses, elle n’hésite pas et agit, pour sauver sa vie ou celle des autres.
Lyra est une enfant avec un fort caractère et une volonté de fer, mais aussi un petit penchant pour le mensonge : elle fera tout pour courir au secours de Roger et des autres enfants, et se sortira de bon nombre de situations grâce à sa seule ingéniosité et sa capacité à tromper son monde (bon, ok, un ours géant, ça aide aussi pas mal !).
D’ailleurs, dès le début, et avant que l’action ne démarre, nous avons là une enfant qui aime courir dans les rues d’Oxford à la recherche d’aventures à vivre, cherchant des poux aux autres gamins de temps en temps, faisant quelques bêtises ici et là… Bref, typiquement la gamine qui ne sait pas rester en place et qui ressent un fort besoin d’action.

Aussi, dans un registre différent, j’aime vraiment la relation entre Lyra et Pan, son dæmon. En dehors du fait qu’ils sont liés par une connexion particulière, vitale, il y a un amour profond entre ces deux êtres. Même s’ils font partie d’un tout (ils ressentent, par exemple, les émotions et la douleur de l’autre), nous avons bien deux entités distinctes, veillant l’une sur l’autre, se réconfortant mutuellement et s’aimant véritablement. Pan est de bon conseil pour Lyra, et n’hésite pas, également, à lui faire comprendre quand il n’est pas d’accord avec ses décisions. D’ailleurs, Lyra est une tête de mule et ne l’écoute pas systématiquement !
Dans tous les cas, j’ai trouvé leur relation adorable, tout simplement. Pas de mièvrerie, juste beaucoup d’amour et de complicité entre cette fillette et son animal totem, envers et contre tout !

Tant que j’y pense, pour la petite histoire, j’étais partie pour lire le mot « dæmon » à l’américaine, genre « dèèèmone », quoi ! Et, lorsque j’ai entamé le roman, il y avait une petite note au début, nous précisant que, non, ça se prononce tout simplement « démon ». Grosso modo, j’ai eu l’impression de me faire enguirlander par le livre ! D’ailleurs, je me suis efforcée, par la suite, à ne pas faire subir le même sort au nom Pantalaimon, car c’était assez tentant de rajouter un « e » mental à la fin.

Pour avoir, du coup, lu un peu la suite, je ne peux que vous conseiller cette saga. Le personnage de Lyra, à la fin du premier tome, est loin d’en avoir terminé avec les révélations qui étaient déjà bien nombreuses jusqu’alors. Le lecteur, assez rapidement, apprend que la fillette n’est pas n’importe quelle fillette, et qu’elle a un destin bien tracé, qui n’est qu’effleuré durant cette première grande aventure. L’auteur ne s’en cache pas, et les dernières pages nous indiquent que Lyra et Pantalaimon ne sont pas au bout de leurs aventures.
Par ailleurs, si la saga À la croisée des Mondes est plutôt cataloguée en tant que littérature jeunesse, c’est largement abordable pour un lecteur adulte, et tout aussi prenant. L’univers construit par Philip Pullman (car si celui-ci se situe dans un monde proche du nôtre, l’auteur y aura ajouté sa touche personnelle) s’adresse à tous les âges, d’autant plus qu’il présente un certain nombre de problématiques qu’un lecteur adulte abordera plus facilement qu’un enfant (à vous de découvrir lesquelles * wink *).

Et si vous hésitez encore un peu, je vous propose un extrait, qui se situe dans les premières pages du roman :

– Je peux venir ?
Lord Asriel interrompit ce qu’il était en train de faire et la regarda comme s’il la voyait pour la première fois. Son dæmon posa lui aussi ses grands yeux verts de léopard sur elle et, sous ce double regard pénétrant, Lyra se sentit rougir. Malgré tout, elle refusa de baisser la tête.
– Ta place est ici, répondit finalement son oncle.
– Pourquoi ? Pourquoi ma place est-elle ici ? Pourquoi ne puis-je pas aller dans le Nord avec vous ? Je veux voir les Lumières du Nord, les ours et les icebergs, et tout le reste. Je veux savoir ce qu’est cette Poussière. Et cette ville flottante. Est-ce un autre monde ?
– Tu ne viendras pas avec moi, petite. Sors-toi cette idée de la tête ; on traverse une période trop dangereuse. Fais ce qu’on te dit, va te coucher, et si tu es une gentille fille, je te rapporterai une défense de morse avec des dessins esquimaux gravés dessus. Cesse de discuter ou je vais me mettre en colère.
Son dæmon poussa un grognement rauque et sauvage, et Lyra imagina soudain des crocs se refermant sur sa gorge.
Les lèvres pincées, elle jeta un regard noir à son oncle. Il pompait l’air du container sous vide, sans faire attention à elle ; comme s’il l’avait déjà oubliée. Sans un mot, mais les dents serrées et les sourcils froncés, la fillette, accompagnée de son dæmon, partit se coucher.

Concernant les adaptations, je n’ai pas encore revu le film, et je n’ai regardé que le pilote et quelques extraits de la série télévisée, dont la première saison est sortie courant 2019. Tout ce que je peux en dire c’est que, physiquement, je trouve que la Lyra du film est plus raccord avec l’image que je me fais d’elle dans le livre.
Aussi, j’ai été surprise de constater que, si la saison 1 correspond techniquement au premier volume de la saga, des éléments de l’intrigue du second tome ont d’ores et déjà été incorporés dans la série TV, en parallèle de l’intrigue du premier. Du coup, les personnes qui auront vu la série avant de lire les livres auront accès à des informations un poil à l’avance !

Au cas où vous voudriez en voir plus ( spoiler alert ) :

4 réflexions au sujet de « { Un verre de tokay ? } »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s