Challenge Lecture·Challenge Séries 2019·Lecture·Séries TV

{ Une année se termine, une autre commence }

Et voilà ! Une nouvelle année terminée, et une autre qui prend le relais ! Qui dit nouvelle année, dit nouveaux objectifs.
Ce dont je vous parlerai après mon tout dernier bilan de 2019.

Maintenant, revenons à nos moutons, ou plutôt nos séries…

Ou plutôt une série, à savoir Penny Dreadful. C’est typiquement la série que j’ai ajoutée dans mon challenge sans même lire le synopsis, juste à la tronche des acteurs. Et quel casting : Josh Hartnett, Eva Green, Timothy Dalton ou encore Billie Piper (notre chère Rose Tyler de la série Doctor Who). J’y ai découvert le beau Reeve Carney, que je ne connaissais absolument pas et qui m’a séduite dans son rôle.

Au vu des quelques images proposées, j’imaginais une série d’époque, dans le style Dallas de l’ère victorienne. Je n’étais pas certaine d’apprécier mais, encore une fois, le casting était tellement alléchant ! Bon, s’il y a quelques dramas dans cette série, c’est surtout son côté fantastique qui m’aura marquée lorsque j’ai débuté les premiers épisodes. Rapidement, on se rend compte qu’on entre tout droit dans l’univers de personnages illustres de la littérature fantastique, tels que Frankenstein et sa créature, le séduisant Dorian Gray, ou les apparitions plus ou moins furtives du Dr Jekyll, de Van Helsing, puis de Dracula himself.


De curieuse, je suis devenue vraiment fascinée, et j’ai littéralement dévoré la série car, au final, c’est tout à fait ma came ! Les personnages sont hypnotisants, certains particulièrement charismatiques. Même les personnages « malfaisants » (ou pour certains au premier abord seulement) sont captivants.

Bref, Penny Dreadful, ça nous raconte qu’une jeune femme, Vanessa Ives, décide de recruter le tireur américain Ethan Chandler pour un travail bien particulier, et particulièrement mystérieux. Sir Malcolm Murray, un riche explorateur, et elle sont à la recherche de Mina Murray, fille du premier et meilleure amie de la seconde. La disparition de Mina n’est pas sans rapport avec un univers méconnu du peuple, et particulièrement dangereux : un monde lié à d’étranges créatures qui rôdent la nuit dans Londres.

Rapidement, nous nous rendons compte que Vanessa elle-même est une femme aux dons particuliers, voire effrayants. Puissante et dangereuse, elle attire le Diable en personne et ne cesse de combattre ses démons intérieurs (auxquels il lui arrivera cependant de s’abandonner). Nous apprenons son histoire au fil des saisons, et elle s’avère être le pilier central de la série, bien que bon nombre de personnages hauts en couleur gravitent autour d’elle et recèlent également de bien des mystères.
Vanessa, forte et fragile à la fois, est un personnage inspirant et touchant, et j’ai régulièrement tremblé pour elle.

Un autre personnage que j’ai trouvé vraiment fascinant, c’est celui de Lily. D’une grande fragilité en apparence, elle a été une véritable surprise : tout d’abord un objet pour les hommes, elle montre peu à peu son caractère féministe, voire totalement misandre, et s’affirme totalement en femme libérée. N’hésitant pas à employer des moyens… radicaux !


Bon, j’en ai déjà trop dit ! Vraiment, pour ceux qui n’ont pas encore vu ce bijou et qui, comme moi, aiment ce genre d’univers un peu gothique (et puis, le casting, bordel de brin !!!), je vous le conseille vivement ! Eva Green est juste grandiose, et tellement flippante par moments ! Elle porte totalement la série sur ses épaules, même si les autres acteurs sont excellents et leurs personnages tout aussi peu dispensables.

Tout ça pour dire : go go go !

Et sinon, est-ce que j’ai lu un peu ?

Le crime d’Halloween a été une lecture sympathique et, pour une fois, j’ai compris au moins un élément du dénouement final avant qu’il ne soit clairement évoqué. Je crois que je fais des progrès dans le domaine du policier !
Le roman se déroule durant une fête d’Halloween, pendant laquelle une jeune fille se vante d’avoir assisté à un meurtre. Si tout le monde rit d’elle, elle est cependant retrouvée noyée dans un seau d’eau un peu plus tard. Cette fois, c’est Hercule Poirot qui est appelé pour trouver le meurtrier.
Je crois, cependant, et j’ignore pourquoi, préférer les romans mettant en scène miss Marple à ceux concernant Hercule Poirot. Je crois que j’aime vraiment ce personnage de vieille dame qui semble si innocente et inoffensive et qui, pourtant, cache un sérieux sens de la déduction…

Carrie a été mon quatrième ouvrage de King, et je peux désormais dire que j’adore cet auteur !
La jeune Carrie est régulièrement le souffre-douleur de ses camarades. Mais le vase déborde lorsque, alors qu’elle a ses premières règles après une séance de sport, elle ignore totalement ce qui lui arrive et panique ouvertement, devant ses camarades hilares qui en profitent pour l’humilier toujours plus. Quelque chose se produit alors chez Carrie : son don de télékinésie occulté depuis son enfance resurgit plus intense que jamais.
Bon, je connaissais déjà cette histoire de par quelques-unes des adaptations qui en ont été faites, mais c’était vraiment un plaisir car le livre contient des petites différences avec les films/téléfilm. Et, comme pour Ça, j’aime beaucoup la construction qui mêle différents types d’écrits (la narration, des extraits d’ouvrages, des témoignages…) et différentes périodes. Car le récit n’est pas linéaire : dès le début, nous savons qu’il s’est passé un truc, un truc moche. Et on apprend progressivement quoi, et comment on en est arrivé là.
Bref, j’ai adoré !

J’ai lu Skidamarink, de Musso. Suite au vol de la Joconde et à l’enlèvement d’un magnat de l’informatique et du multimédia, quatre personnes vont recevoir les morceaux découpés de la célèbre toile, accompagnés d’un message qui sonne comme un avertissement. Elles ne se connaissent pas et ont reçu l’ordre de se rendre dans une chapelle en Toscane.
En lisant quelques commentaires déposés pour cet ouvrage, j’ai remarqué que beaucoup n’ont pas adhéré à ce livre car c’est le premier de l’auteur, et qu’ils n’ont pas retrouvé son style habituel. Certes (et probablement normal). Mais, personnellement, j’ai beaucoup aimé ! J’ai vraiment été happée par l’intrigue, son avancée, et son dénouement que je n’aurais vraiment pas imaginé. J’ai trouvé que ce n’était pas un thriller particulièrement haletant, mais c’était un bon thriller tout de même.

En lisant Les cinq blessures qui empêchent d’être soi-même, j’ai été déçue ! J’ai lu quelques livres de développement personnel un peu plus tôt dans l’année, et je m’étais retrouvée assez facilement. J’avais vraiment été touchée par ce que je lisais dans ces ouvrages. Mais pas là ! Je dois admettre que Mme Bourbeau m’a plus embrouillée qu’autre chose. Tantôt j’avais l’impression de me reconnaître dans l’une des blessures, peut-être même plusieurs (ici le rejet, l’abandon, l’humiliation, la trahison et l’injustice), tantôt ce qu’elle en disait devenait totalement contradictoire avec ma personne. Pour une fois, je ne ressortirai pas grand chose de ma lecture.

Et encore un Agatha Christie avec Le chat et les pigeons : une révolution secoue le sultanat de Ramat, au Moyen-Orient, et entraîne la mort du prince. Ce dernier a pris la précaution de confier à son pilote privé une fortune en diamants, que celui-ci a cachés dans les bagages de sa sœur et sa nièce qui séjournaient là. Revenue en Angleterre, la nièce intègre un célèbre pensionnat pour jeunes filles à proximité de Londres. Le trésor est cependant suivi à la trace et, au cours du premier trimestre, de fâcheux événements secouent l’institution.
Une lecture sympathique, mais pas mon roman préféré de la célèbre romancière. Si le dénouement de l’intrigue était bien amené et surprenant, j’ai trouvé les dernières lignes posées très brusquement, sans qu’on ait réellement l’impression qu’il s’agit de la fin d’un livre. Mais bon, les romans de Mme Christie étant généralement très courts, il ne faut pas s’attendre à des conclusions qui s’étirent sur des pages et des pages…

J’avais évoqué, dans mon précédent bilan, la lecture des Deux Tours, de Tolkien. Comme pour le premier volume, un grand plaisir à lire, même si j’admets avoir préféré La Communauté de l’Anneau (je dois être une des rares huhu). Un peu surprise de voir ce volume coupé en deux, séparant distinctement les aventures de Frodon et Sam de celles de leurs autres compagnons, séparés à la fin du premier tome. J’avais vraiment vraiment hâte de lire la suite, et l’aboutissement de cette gigantesque quête. Et le fait de connaitre l’histoire via les films n’a en rien gâché cette envie !

J’ai enchaîné sur Après toi, de Jojo Moyes, puis sur Après tout, suites d’Avant toi, qui a été adapté au cinéma et qui a réuni Emilia Clarke et Sam Claflin. Je me rappelle avoir découvert cette saga via le film, qui m’avait vraiment émue (pour la petite histoire, je l’ai revu il y a quelques jours et j’ai pleuré toutes les larmes de mon corps). J’ai enchaîné sur le livre, qui s’est avéré vraiment fidèle et qui m’a également provoqué bon nombre de sentiments.
J’avais peur d’être déçue, quand on connait l’issue du premier tome : je craignais qu’on ne retrouve pas l’esprit d’une histoire qui m’avait vraiment touchée. Ici, l’héroïne est toujours Louisa (le récit est d’ailleurs à la première personne), et elle m’a vraiment surprise. En effet, son histoire demeure toujours touchante, bien que très mouvementée. L’histoire m’a parfois tenue en haleine, et j’ai vraiment eu du mal à refermer le livre quand il me fallait le faire.

Je me suis vraiment prise d’affection pour Lou et ses aventures, et je n’ai cessé de vouloir en lire toujours plus (la torture de fermer le livre quand il est l’heure de se coucher ou d’aller travailler).
J’ai été ravie, déçue, triste, excitée… Les dernières pages m’ont prise aux tripes, et même si je suis totalement satisfaite de la fin, j’en veux encore !!

Bref, cette saga devient un de mes gros coups de cœur !

Ensuite, est venue la petite Charlie, cette petite fille qui ne cesse de fuir car ses dons sont fortement recherchés par les personnes qui en sont, plus ou moins directement, à l’origine. J’ai vraiment aimé ! Le livre traîne parfois en longueur, mais ça ne m’a pas empêchée d’être vraiment prise dans ma lecture, et de la dévorer. J’aime vraiment Stephen King !
J’avais vu, auparavant, la « suite » en téléfilm, et je me doutais de certains points de l’intrigue. Mais ça ne m’a aucunement gênée dans mon désir de continuer à chaque fin de chapitre, et de connaitre l’issue de cette fuite d’un père et de sa fille.
Depuis, j’ai vu le film avec Drew Barrymore et, malgré quelques différences (minimes par rapport à d’autres adaptations de S.King), j’ai bien retrouvé l’esprit du livre.

Histoire d’enfin terminer ma lecture du Seigneur des Anneaux, j’ai ouvert Le Retour du Roi. Le dernier volume d’une quête magistrale ! Comme dans le précédent, il est composé de deux livres, séparant les aventures des uns et des autres jusqu’à ce qu’elles se rejoignent de nouveau.
Les annexes sont plus ou moins intéressantes, et j’ai vraiment aimé en savoir plus sur la relation entre Aragorn et Arwen, quasi-inexistante des bouquins, moi qui suis habituée à la version cinématographique. De même, la chronologie a vraiment permis d’apprendre énormément de faits sur l’avant-SDA, et de remettre les choses en ordre entre les deux intrigues distinctes (pas toujours simple de situer certaines actions parallèlement).
En revanche, j’ai absolument décroché sur l’analyse du calendrier, à la fin…

Je me suis faite quelques Christie ensuite : L’Affaire Protheroe (le colonel Protheroe, rendu impopulaire auprès des habitants du village, est retrouvé mort d’une balle dans la tête), Miss Marple au club du mardi et Un cadavre dans la bibliothèque. Des lectures vraiment sympathiques.
J’ai particulièrement aimé le second ouvrage (qui était, à l’origine, divisé en deux tomes) car il s’agit d’une suite de nouvelles que j’ai majoritairement appréciées : un groupe d’amis dont fait partie Miss Marple décide de lancer un rituel et de proposer, à tour de rôle, chaque mardi, un mystère à résoudre. Bien évidemment, la vieille dame s’avère très douée à ce petit jeu !
Petite mention pour Un cadavre dans la bibliothèque (le cadavre étranglé d’une femme inconnue est découvert au petit matin sur le tapis de la bibliothèque de la demeure d’un colonel et de son épouse), car il fallait franchement se tortiller les méninges pour en arriver à l’issue proposée par Mme Christie !

Et j’ai terminé l’année sur Cthulhu : Le mythe, tome 1 de Lovecraft.

Après un peu de blabla nous présentant l’auteur, son univers et les quelques œuvres dans lesquelles il a été transposé, il m’a été donné de découvrir certaines de ses nouvelles, que j’ai vraiment appréciées, avec un gros coup de cœur pour L’Horreur à Dunwich (Dunwich, petit village lugubre, est le théâtre d’événements étranges et inquiétants, et le mystère plane autour de la naissance de Wilbur Whateley et des faits bizarres tournants autour de la ferme familiale) et Le Cauchemar d’Innsmouth (le récit relate la volonté d’un jeune homme à percer à jour les mystères d’Innsmouth, un village côtier qui abriterait des êtres hybrides, entre le poisson et la grenouille, vouant un culte à Cthulhu et à Dagon), et cette chute qui n’en est pas vraiment une !!

En revanche, malgré son appartenance aux plus célèbres mythes de Chtulhu, j’ai eu du mal à accrocher à La Maison de la sorcière, même si les dernières pages sont terribles ! Dans cette nouvelle, Walter Gilman, étudiant à l’université d’Arkham, vit dans une vieille maison du quartier pauvre de la ville, et la chambre qu’il occupe est particulièrement réputée pour avoir servi de foyer à une vieille sorcière s’étant échappée in extremis et par des moyens inconnus de la prison de Salem en 1692.

L’ouvrage est également ponctué de photographies et de dessins, histoire de mieux se représenter l’univers dépeint par Lovecraft. C’est assez étrange, d’ailleurs, lorsque l’on regarde ces photos, car dès lors les lieux nous semblent si… normaux en comparaison de l’impression que l’on a lorsqu’on lit les différentes nouvelles…

Bref, j’ai vraiment hâte de lire les autres volumes !


Et nous sommes donc en 2020, une toute nouvelle année en perspective ! De nouvelles envies, de nouveaux projets. Toujours dans les domaines des séries et des bouquins, bien évidemment ! Mais aussi un peu d’écriture et de jeux vidéo. Entre autres…
Comme je l’avais évoqué plus tôt, je compte limiter les challenges et davantage me laisser porter. J’ai une véritable envie de liberté, et je compte bien l’exploiter.

En ce qui concerne les séries, j’ai décidé de ne pas renouveler le concept du Challenge Séries cette année. Ce qui ne m’empêchera pas d’en regarder. Du coup, pourquoi arrêter le challenge ?

Car le challenge limite les rewatchs (nouveau visionnage d’une série) à un par session, or j’ai envie de revoir quelques séries déjà vues (voire revues ou re-revues), et notamment BTVS par laquelle j’ai décidé de commencer. J’hésite également à reprendre Charmed (1.0), Doctor Who (la seconde série) et Lois & Clark… J’ai même envisagé un intégral films/séries sur l’univers Star Wars ! Mais je me laisse le choix de décider en allant, au lieu de définir une liste intégrale tout de suite.
Et, même si j’ai envie de garder le principe d’une douzaine de séries dans l’année minimum, je n’ai pas envie d’utiliser le nom de Challenge Séries pour le dénaturer ensuite. C’est pourquoi, j’ai intitulé ma liste, sobrement, « Mes Séries en 2020 ».
Par ailleurs, dans la sidebar, vous constaterez une ébauche de liste, qui n’est absolument pas définitive mais dans laquelle j’ai déjà commencé à piocher.

De la même manière, je me garde une grande liberté dans mes choix de lecture. Si je conserve le challenge mensuel à raison d’une consigne par mois, et donc d’un livre « imposé » (et encore, tout est relatif), je me donne le choix de lire ce que je veux, dans le format que je souhaite.
Néanmoins, et j’en ai glissé un mot dans mon précédent article, j’ai envie de m’inspirer d’une liste de 500 ouvrages que vous pouvez retrouver sur le site (je mettrai cette liste à jour au fur et à mesure de mes lectures).
Il s’agit d’un top 500 issu d’un sondage de popularité effectué en 2008 (autant dire que la liste n’est pas de la première fraîcheur), regroupant quand même un bon échantillon de classiques auxquels je n’aurais pas nécessairement pensé. Du coup, ça me permettra, à mon rythme, de m’imprégner de quelques bonnes lectures. Bon, Twilight fait partie de ce top, mais si vous regardez bien, cette saga n’est pas représentative de la qualité et de l’hétérogénéité des ouvrages proposés, et dont je suis d’ores et déjà grandement inspirée.

Pour terminer, j’ai aussi envie de changer le format de mes articles. Parfois, lorsque je rédige mon bilan, je ne sais pas toujours quoi dire sur telle ou telle lecture. On a tantôt envie de dire énormément de choses, et tantôt on sèche totalement ! Du coup, je trouve mes bilans assez inégaux, et c’est parfois la galère de se forcer à parler sur un ouvrage qui n’inspire pas particulièrement.
J’ai donc envie d’essayer le format des chroniques, et de parler uniquement des œuvres dont j’ai envie de parler, et sur lesquelles j’ai des choses à dire. Ça ne sera pas parfait, je ne suis pas habituée à ce genre de format, mais n’hésitez pas à me dire ce qui vous plait ou non dans mes articles à venir.

Par ailleurs, je pense que ma première chronique portera sur une série qui est un semi-rewatch, vu que j’avais déjà visionné la première saison, tandis que la seconde est encore inédite pour moi. Il s’agit de DARK, une série allemande qui m’a fait forte impression l’année dernière. Et vous, l’avez-vous vue ?

6 réflexions au sujet de « { Une année se termine, une autre commence } »

    1. Raah, ouais, c’est vraiment une de mes plus belles surprises dans mon challenge ! Et rapprocher ainsi tous ces personnages mythiques, de façon si naturelle ! C’était génial !

      DARK, je te conseille de le regarder avec attention ! Passe pas ton aspirateur au milieu d’un épisode XD

      Et, merci ! J’en suis déjà au début de saison 2 ! Huhu

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s